Histoire

En 1985, Monsieur Patrick QUIBEL, Bâtonnier de l'Ordre des avocats du Barreau des Hauts-de-Seine, entend renforcer l'image de cohérence et de performance d'un Barreau jeune et dynamique.

Il décide alors de remettre à l'ordre du jour un projet déjà ancien et élabore, avec la collaboration du Conseil de l'Ordre, la Conférence du Barreau des Hauts-de-Seine dont il exprime les ambitions en ces termes :

  • Perpétuer la tradition d'éloquence au sein du Barreau ;
  • Assurer au Barreau des Hauts-de-Seine, chaque année, une manifestation de prestige;
  • Donner à l'Ordre des Avocats, à l'occasion d'une rentrée solennelle, une tribune pour exposer ses problèmes et ses ambitions;
  • Intéresser au Barreau des Hauts-de-Seine et à ses avocats d'autres interlocuteurs que le monde judiciaire et politique local;
  • Donner à l'extérieur du monde judiciaire, l'image de marque d'un Barreau qui, sans favoriser l'élitisme, se préoccupe de l'image de marque de ses avocats;
  • Créer un pôle supplémentaire d'attraction vis-à-vis de l'Université.
     

Depuis 1986, la Rentrée de la Conférence est ainsi devenue l'un des évènements majeurs de l'année organisé par le Barreau des Hauts-de-Seine.

Elle constitue une occasion pour les avocats, issus du judiciaire ou du conseil, de perpétuer la tradition d'éloquence au sein du Barreau.

Au cours de cette Rentrée, est mis en scène, sous la présidence du Bâtonnier de l'Ordre des avocats et dans une ambiance sympathique, le procès fictif d'un invité de marque du monde littéraire, politique, artistique, scientifique ou encore journalistique.

Les deux Secrétaires de la Conférence se font alors pour l'occasion accusateur et défenseur de cette célébrité.

Il s'agit pour eux de séduire et de convaincre en faisant appel à toutes leurs ressources : rigueur intellectuelle, humour, esprit, passion, émotion, culture, etc.

Comme le veut l'usage, l'accusé a la parole en dernier.